Ordre des ingénieurs du Quebec
Lancer la recherche

Rechercher :

    OIQ_InternetAccueilSalle de presse et documentationCommuniqués de presse

    Effondrement du bâtiment « Gourmet du Village » à Morin Heights : l'Ordre des ingénieurs du Québec réitère l'importance d'une gestion professionelle des travaux sur les chantiers

    mercredi 19 novembre 2008
    • À l'issue de la conférence de presse de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), qui a présenté aujourd'hui son rapport d'enquête, le président de l'Ordre, M. Zaki Ghavitian, ing., a déclaré que le drame de l'effondrement du bâtiment «Gourmet du Village» à Morin Heights aurait vraisemblablement pu être évité si une meilleure coordination des travaux avait été effectuée dès le début du chantier. Il souligne qu'aucun ingénieur n'était chargé de la gestion de l'ensemble du projet. M. Ghavitian déclare « qu'il est très important de considérer un projet dans sa globalité, par exemple lorsque plusieurs bâtiments ou ajouts successifs sont construits dans le temps ».
    • Pour une gestion professionnelle et une surveillance des travaux
      Pour l'Ordre des ingénieurs du Québec, la surveillance de chantier et des travaux par un ingénieur, et ce, du début à la fin du projet est indispensable pour s'assurer de leur conformité avec les plans et devis, et ainsi assurer la sécurité des utilisateurs du bâtiment.
       
      Le président de l'Ordre recommande « qu'un propriétaire qui fait des interventions au toit, sur un équipement ou sur toute autre partie d'un bâtiment, doit s'assurer que la structure au complet peut supporter, et ce sans risque, ces interventions ou modifications ». C'est pourquoi l'Ordre préconise de faire faire les vérifications nécessaires par un ingénieur, et à plus forte raison lorsque des signes anormaux apparaissent. Le président de l'Ordre insiste également auprès des propriétaires de bâtiments commerciaux et industriels afin qu'ils conservent les plans « tel que construit » de toutes les interventions successives sur leurs ouvrages, par mesure de prévention. C'est une question de sécurité des usagers ».
       
      Le président de l'Ordre estime qu'un tel accident milite en faveur de la correction dans les meilleurs délais d'une importante anomalie dans la Loi sur les ingénieurs. En effet, la loi ne prescrit pas une surveillance obligatoire des travaux par un ingénieur, ce qui est anormal, surtout lorsqu'on est en présence d'ouvrages complexes, ou critiques sur le plan de la sécurité. « Le prochain gouvernement du Québec doit y voir afin de réduire les risques de telles catastrophes. »
       
      Les mandats respectifs de la CSST et de l'Ordre des ingénieurs du Québec sont complémentaires pour la sécurité et la protection du public. La CSST recherche les causes, l'Ordre cherche à établir la responsabilité professionnelle pour que ne se reproduise un tel accident.
       
       
      À propos de l'Ordre des ingénieurs du Québec
      Fondé en 1920, l'Ordre des ingénieurs du Québec regroupe plus de 60 000 professionnels du génie de toutes les disciplines, à l'exception du génie forestier.
      Mission
      L'Ordre a comme mission d'assurer la protection du public en contrôlant l'exercice de la profession dans le cadre de lois constitutives de l'Ordre et de mettre la profession au service de l'intérêt du public.

    Gare Windsor, bureau 350
    1100, avenue des Canadiens-de-Montréal
    Montréal (Québec) H3B 2S2

    1 514 845-6141
    Sans frais : 1 800 461-6141