Ordre des ingénieurs du Quebec
Lancer la recherche

Rechercher :

    OIQ_InternetAccueilSalle de presse et documentationNouvellesL'audit des firmes de génie-conseil: l'intégrité avant tout!

    L'audit des firmes de génie-conseil: l'intégrité avant tout! 


     
    Le Soleil, le 4 juin 2013
    L'Ordre des ingénieurs du Québec a condamné sur toutes les tribunes les pratiques d'affaires de certains ingénieurs qui ont pour effet de ternir le travail quotidien des quelque 60 000 ingénieurs du Québec.

    De toute évidence, ces révélations ont eu pour effet de plonger le génie québécois, l'un des fleurons de notre identité collective, et la profession d'ingénieur dans une crise sans précédent à laquelle il faut trouver des solutions.

    C'est ce qui a amené l'Ordre à lancer récemment une initiative sans précédent dans le système professionnel québécois: instaurer un programme d'audit volontaire au sein des firmes de génie-conseil pour pouvoir examiner leurs pratiques d'affaires et favoriser leur intégrité. En participant à ce programme, une firme accepte de respecter certaines règles et normes de pratique, de se soumettre à des vérifications de l'Ordre et de se conformer aux changements recommandés.

    Ce faisant, l'Ordre est en mesure d'agir de manière préventive auprès des entreprises pour lesquelles oeuvrent ses membres pour s'assurer qu'elles adoptent des conduites et des pratiques d'affaires exemplaires. En agissant en amont sur les pratiques d'affaires des organisations liées au génie-conseil, l'Ordre sera ainsi mieux placé pour améliorer la pratique du génie, dans toutes les sphères du travail de l'ingénieur, et plus particulièrement au plan éthique et déontologique.

    Ce qui est au coeur des stratagèmes dévoilés par la commission Charbonneau, ce sont les pratiques d'affaires des entreprises plutôt que les actes d'ingénierie posés par des ingénieurs dans la réalisation d'ouvrages fiables, sécuritaires et durables. Pourtant, l'un ne va pas sans l'autre, puisqu'on juge une oeuvre dans son ensemble. Le génie québécois ne doit donc pas être un fleuron reconnu seulement pour son expertise et son savoir-faire techniques, mais également pour son éthique dans les pratiques d'affaires. La probité peut-être une marque de commerce tout autant que la compétence et cela, tant sur la scène locale qu'internationale.

    Résolu à aller au fond des choses afin de rétablir la confiance du public, l'Ordre ne se défile pas face à ses responsabilités. Ainsi, dans la foulée des révélations des derniers mois, le Bureau du syndic de l'Ordre a systématiquement ouvert des enquêtes sur les ingénieurs au centre des allégations et, dans la mesure où celles-ci sont fondées, il est clairement de notre intention de traduire les ingénieurs fautifs devant le Conseil de discipline pour qu'ils répondent de leurs actes et en subissent les conséquences du point de vue professionnel. Toutefois, comme les ingénieurs visés jouissent de la présomption d'innocence dans notre système de droit, les processus disciplinaires peuvent être longs. Pour que ces enquêtes aboutissent sur des plaintes fondées sur une preuve solide qui mènera à des condamnations, il faut du temps, mais l'Ordre met tous les efforts nécessaires pour mener à terme ses enquêtes.

    Dans l'intervalle, l'Ordre des ingénieurs du Québec a fait le choix d'agir dès maintenant tout en collaborant pleinement aux travaux de la commission Charbonneau afin de remettre les valeurs de compétence et d'intégrité au centre de l'action des ingénieurs. En agissant ainsi, l'Ordre s'inscrit résolument dans l'action pour que la profession mérite pleinement la confiance du public.

    Daniel Lebel, ing., PMP

    Président de l'Ordre des ingénieurs du Québec

     

    Pour voir la lettre paru dans Le Soleil, cliquez ici.

    Ce contenu était-il utile pour vous?

    Tout à faitEn partiePas du tout

    Gare Windsor, bureau 350
    1100, avenue des Canadiens-de-Montréal
    Montréal (Québec) H3B 2S2

    1 514 845-6141
    Sans frais : 1 800 461-6141